Elenna Keegan ♪♫

avatar
Elenna Keegan
Indéterminé
▌Avatar : Devon Jade
▌Inscrit le : 30/06/2015
▌Age du perso : 28
▌My Messages : 2
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Elenna Keegan ♪♫ Mar 30 Juin - 21:01



 
NE VOUS FIEZ PAS AUX APPARENCES



 

 

 ❯ FEAT : Devon Jade
Carte d'Identitée

 
 ❯ NOM & PRENOM : Elenna Keegan
 ❯ ASCENDANCE : Inconnue
 ❯ DATE DE NAISSANCE : 24 Avril 1991
 ❯ NATIONALITÉ : Anglaise
 ❯ CLASSE SOCIAL : Modeste
 ❯ ORIENTATION SEXUELLE : Bisexuelle

 ❯ STATUTS : Loup-Garou / Empathique

 ❯ CAMP : Poufsouffle / Magie Blanche
 ❯ COMPAGNON : Harfang des Neiges : Caliban
 ❯ PATRONUS : Loutre
 ❯ BAGUETTE : Chêne blanc - Plume de Griffon - Rapide - 25.4 cm


     

 
PHYSIQUE & PSYCHOLOGIE

 

→ Physique ←

Beaucoup pourraient trouver qu'Elenna est une jeune femme excentrique, mais malgré cela un certain charme ne peut s'empêcher de l'entourer comme une aura. Elle n'est pas très grande, voire trop petite, frôlant à peine le mètre soixante, et son corps arbore une silhouette fine. Une agilité et une souplesse certaine imprègnent ses mouvements pour lui donner une allure à la fois douce et sauvage. Ses yeux sont entourés de cils fins et longs. Cernés de maquillage noir, ils paraissent mystérieux. Dans ce regard étonnant, chaque émotion peut se lire sans grand mal. Pourtant, au fin fond des prunelles d'Elenna, une tristesse semble s'être encrée à tout jamais. Un mal être dissimulé derrière un sourire éblouissant et des yeux rieurs. La demoiselle est allergique aux acariens et à la poussière. Ce petit soucis la fait éternuer et rend ses beaux yeux rouges, la rendant de suite moins mignonne. Son front, souvent plissé, est légèrement marqué malgré son jeune âge. En effet, un mal de tête est toujours présent. Elle parvint à en faire abstraction à force d’y être habituée mais garde les sourcils froncés la plupart du temps.

Ses gestes élégants, son allure agile, elle a quelques atouts. Elen ne semble parfois ne pas s’apercevoir de sa jolie frimousse angélique. Depuis son enfance, elle s'est toujours différenciée des autres bien qu'elle parvienne à s'entendre avec n'importe qui. En effet, l'originalité et l'imagination ne semblaient jamais la quitter. Tenues extravagantes ou pleines de couleurs, la jeune femme se fera souvent remarquer de par ses habits. Elle aime beaucoup porter son gilet qui lui donne une allure à la fois humaine et animale. Sa démarche féline lui apporte un air détendu et nonchalant. Cependant, rien ne laisse paraître que derrière cette simplicité se cache un être beaucoup plus complexe. Malgré ce corps mince, elle possède une force étonnante, dû à ses nombreux talents cachés. Ses muscles roulent gracieusement sous sa peau lorsqu’elle est en plein effort. Pourtant, même si ses mouvements paraissent gracieux, la belle peut par moment boitiller légèrement. Son genou la fait souffrir lorsqu’elle fait trop d’effort, mal dû à une mauvaise chute au Quidditch jamais soignée complètement.

Dans ses mouvements amples, des cheveux mi longs et blancs forment une cascade jusqu’au creux de ses omoplates. En réalité, Elen ne sait pas d'où lui vient cette chevelure si spéciale. Elle ne les attache que très rarement étant donné qu'ils ne tiennent pas en place. Des mèches rebelles encadrent son visage à la peau pâle. Les traits de son visage sont fins et semblent être faits de porcelaine. En effet, la jeune femme a une peau très claire sans être blafarde. Quelques tâches de rousseurs parsèment son visage, ne la mettant pas à son avantage, cela ne lui va pas très bien. Au soleil, il est rare que celle-ci brunisse, se colorant plutôt d’un rouge tomate, un coup de soleil à ne pas toucher si elle ne veut pas avoir mal. Cachées sous ses doux cheveux, deux oreilles rondes et percées sont dissimulées. De longs sourcils fins filent du milieu de sa figure jusqu’à ses tempes sur un front camouflé par une légère frange. Un petit nez rond et un peu relevé trône au milieu de son visage et des pommettes rondes l’encadrent à merveille. Son sourire est simple mais lui donne un air enfantin. Ses lèvres roses et en forme de cœur s’étirent en un sourire charmeur, laissant apparaître une parfaite ligne de dents blanches. Mais l’élément le plus beau de sa frimousse n’était autre que son regard qui fait souvent oublier le reste de sa petite personne. Ses grands yeux d'un gris envoûtant sont en amande et rappelle son habit fétiche, porte bonheur d'après elle. C'est une petite veste sans manche en fausse fourrure grise qui forme un léger col autour de son cou. Elenna aime aussi être pieds nus et laisser ses jambes à porter de la brise, c'est pourquoi elle porte souvent des shorts ou des jupes, même s'il peut vous arriver de la croiser en jean. Lors des saisons fraîches, un beau bonnet en laine avec un pompon au bout couvre sa tête, quelques mèches rebelles s'en échappant. Lors des soirées ou bals, la jeune femme change du tout au tout, s’habillant de longues robes moulantes. Attachant ses cheveux dans un chignon très perfectionné, elle est promise à être remarquée par au moins une personne.

Même si elle semble aux premiers abords sans défaut, son physique en dissimule certains. Quelques petites cicatrices parcourent son corps. Allant d'un simple écorchement au genou à une légère balafre au-dessus d'un sourcil, son enfance de petite fille casse-cou a laissé ses marques. Pourtant, la trace la moins discrète se situe sur son flanc gauche. En effet, le passage d'un loup-garou ne laisse jamais un corps intact, aussi une belle morsure se dessine sur le côté de son buste. Elen fit tout son possible pour la cacher aux regards indiscrets mais la marque ne disparut jamais. Développant une certaine pudeur, rares sont ceux que la jeune femme laisse voir sa cicatrice. Depuis son attaque, on ne peut pas dire qu'Elenna soit une simple sorcière...


→ Psychologie ←

Elenna est une jeune sorcière au caractère bien étrange. Elle est têtue, dynamique, mais peut être aussi très calme et sereine, comme n'importe qu'elle personne peut l'être si elle le souhaite vraiment. Son fort caractère l’a toujours différencié ainsi que sa capacité à changer d'humeur rapidement. Il n'est pas rare que l'on dise d'elle qu'elle est lunatique et cela a tendance à la vexer. Depuis qu’elle est toute petite, Elen n’a jamais été comme les autres. Quelque soit le contexte ou le sujet d’une discussion, elle dit toujours ce qu’elle pense. La belle préférerait être honnête et franche avec tout le monde. Cependant, elle connait tout de même la valeur d'un secret. Qu'on l'aime ou qu'on la déteste, elle fait mine de ne pas y prêter attention. Même si les paroles blessantes la touchent, la demoiselle n'en montre rien. Elle s’est forgée une carapace à cause de ses expériences passées, celles qu'on préférerait à tous les coups oublier. La jeune femme préfère qu'on la croit forte même si sa vie n'est pas tous les jours facile.

Sachant voir les failles et les défauts de ceux qu'elle connait, la jeune femme sait aussi voir leurs qualités. Elle est assez turbulente, se mettant plusieurs fois dans le pétrin étant plus jeune, pourtant cette nature s'assagit progressivement avec l'âge tout en gardant malgré cela un côté enfantin et farceur. Son fort caractère pourrait faire penser qu’elle n’a pas d’amis, qu’elle est froide. Cependant, une fois qu'une personne a gagné sa confiance, la solitaire peut devenir une amie des plus fidèles. Elenna a un besoin important de protéger ceux qu'elle porte dans son cœur ou même dans son estime. S’énervant prestement, elle n'est pas rancunière et pardonne vite. Connaissant l’amitié, Elen n’a jamais approché le grand amour. Trop occupée à dans ses études, elle n’a jamais connu ce sentiment parfait et idéal dont tout le monde parle mais que personne ne semble avoir ne serait-ce que caresser. A vrai dire, elle s’est promise, dans son passé, de ne jamais tomber amoureuse et de ne jamais avoir d’enfants. Son expérience et sa famille qu'elle n'a jamais connue a beaucoup compté dans ce choix.

Cachée sous sa frange, Elen observe les gens qui l’entourent avec beaucoup d’attention pour assouvir sa curiosité et ses questions. Elle est très douée pour déchiffrer une personne en un seul regard. Comme elle le dit souvent, les yeux sont les fenêtres de l’âme, tout y est visible. De plus, depuis maintenant plusieurs années, elle s'est découvert un don étrange. Certains appelaient les personnes comme elle des "empathiques", des sorciers ayant la capacité de ressentir les émotions des personnes qui les entourent. Don épuisant, la sorcière a appris depuis plusieurs années à contrôler ce pouvoir et à en faire une arme redoutable seulement lorsqu'elle en a besoin même s'il n'est pas rare qu'il lui échappe et qu'un flot d'émotions la submerge d'un coup. Un peu trop naïve, elle ne remarque pas sa beauté, ou du moins en doute, et ne voit pas le regard de quelques hommes se détourner de leur projet sur son passage. La jeune femme sait parler en public et elle n’hésite pas à partager ses opinons. Son caractère fort est encore plus développé quand on l'a met en colère. Elle s’énerve extrêmement vite, étant trop impulsive, même si elle arrive de plus en plus à se contrôler.

Derrière ce caractère de dure à cuir, une âme en peine est parfaitement dissimulée. Jeune fille ayant grandi trop vite et sans ses parents, elle a dû mûrir très vite, l'enfance qu'elle n'a pas eue lui a laissée des côtés enfantins. Son sourire radieux et son regard rieur cache une tristesse infinie. Lorsque ses nuits sont bouleversées par des cauchemars, tous les mauvais souvenirs remontent. L'absence parentale et le manque d'affection se font cruels. Le côté fort que la solitaire veut montrer n'est qu'un masque, une jeune femme sensible se cache derrière. Chaque parole blessante se pose dans un coin de sa tête pour lui planter un couteau dans le cœur quand elle est seule, quand son esprit n'est libre que pour ses pensées. Bien qu'enfant elle eut quelques amis, Elenna a beaucoup souffert de moqueries des autres élèves de l'école des sorciers. Beaucoup des aspects de sa personnalité s'opposent et font d'elle une personne parfois instable émotionnellement.

Depuis qu'elle a été attaquée par un loup-garou, sa vie prend quelques tournants et ses pensées ne sont plus les mêmes. Désormais, la jeune femme se sent plus forte, moins fragile. Elle était à fleur de peau, mais encore plus maintenant. Quelques fois, elle se surprend à avoir des envies de diriger et de soumettre les autres à ses opinions. Le regard des gens ne lui fait plus aussi peur. Les différentes fragrances présentes dans l'air ont commencé à influencer son comportement d'une manière inattendue. Les parfums que la louve appréciait se sont mis à lui faire froncer le nez et les odeurs plus naturelles déclenchent désormais chez Elen des réactions instinctives. Beaucoup la trouvaient anormalement bizarre, voir inquiétante et c'est d'autant plus vrai à présent. Pour elle, être un loup-garou n'est pas une malédiction. C'est comme si la jeune femme avait toujours su qu'elle était et serait vraiment différente un jour...


 
ONCE UPON A TIME ... MY STORY

 
(Écris ici l'histoire de ton personnage. Son enfance, où il a vécu, ce qui lui est arrivé, sa famille, ses amis comment il est arrivé à Poudlard, comment il est allé dans sa maison. N'oublie pas de dire pour quoi il se bat, qu'est ce qui fait qu'il est pour ou contre le conflit entre Gryffondor et Serpentard. Ne fais ni trop court, ni trop long, dis nous simplement tout ce qu'il faut savoir.)
 30-40 lignes Word minimum



Histoire détaillée


→ Chapitre 1 :  Un choix difficile à prendre ←

Un soir d’hiver, alors que la nuit était tombée depuis quelques heures, les rues de Londres étaient vides et froides. Quelques flocons tombaient gracieusement au sol, sur l’épaisse couche de neige déjà présente depuis plusieurs jours. La saison gelée n’avait pas épargné l’Angleterre et les habitants de sa capitale rentraient en leurs demeures avant le coucher du soleil. La faible lumière d’une maisonnette se reflétait sur le manteau blanc. A la fenêtre, des ombres semblaient s’agiter dans la pièce. Un homme marchait de long en large dans un salon aux allures modestes. Celui-ci semblait perdu dans ses pensées. Cet inconnu était devenu un jeune père depuis quelques heures, mais rien de tout cela n’avait été prévu. Certes, sa femme et lui avaient discuté mais aucune conclusion n’avait été donné à leur dialogue. En effet, l’arrivée de cet enfant, de cette petite fille, ne faisait que compliquer les choses. Il leur fallait trouver une solution.
Le jeune couple s’était rencontré au cours de leur passion commune : leur métier. Tous deux Aurors par choix, ils firent connaissance au sein de cette police sorcière, durant une mission, et tombèrent l’un sous le charme de l’autre. Cela faisait maintenant quelques années qu’ils partageaient leur vie ensemble. La venue au monde de leur fille aurait dû les enchanter, ce qui se passa au début d’ailleurs, mais au fur et à mesure de la grossesse, ils se rendirent compte de ce que voudrait dire ce bébé. Il serait une proie traquée, un moyen de pression pour ceux que combattaient les Aurors. La vie de la petite fille ne pouvait être qu’en danger. Que pouvaient-ils bien faire ? Elle ne serait jamais à l’abri à cent pour cent.
Bientôt, une autre personne fit son apparition dans la pièce et la silhouette féminine alla se blottir contre celle de son mari. Un long soupir de frustration se fit entendre. Aucun des deux n’osait parler, et pourtant, ils leur faudraient se décider rapidement, avant que la nouvelle ne se sache. Dans l’ombre, les amoureux livraient un combat constant contre un groupe inconnu. Une seule possibilité s’offrait à eux et ils le savaient très bien. Le mari repoussa doucement la brune pour planter son regard dans le sien, un regard qu’elle comprit aussitôt et lui murmura, sa voix chevrotante :

" Je ne peux pas m’y résoudre… Nous ne pouvons pas l’abandonner comme cela. "

L’homme déposa un baiser sur le front de sa conjointe et lui murmura dans un souffle :

" Je sais bien, mais nous n’avons pas le choix. L’orphelinat s’occupera d’elle et nous la surveillerons, je te le jure. C’est le seul moyen pour qu’elle soit en sécurité pour le moment, nous devons l’utiliser… Nous guiderons son chemin, influencerons ses fréquentations. Elle sera protégée et elle finira par faire une alliée précieuse pour nous. Un jour, elle aura l’âge de savoir, et ce jour-là je t’assure qu’elle pourra se défendre seule… "

Des larmes roulèrent sur les joues de la mère alors qu’elle enlaçait son amant, de peur de le perdre aussi…

La neige semblait crépiter sous les pas de l’homme encapuchonné. Ses épaules carrées étaient mises en valeur par le long manteau qu’il portait sur son dos. Les rues étaient désertes et seuls quelques lampadaires éclairaient le chemin du mari. Dans ses bras, blottit contre son torse chaud, une petite couverture gigotait. Quelques gazouillis s’en échappaient. Le père connaissait la route et accéléra le pas quand les flocons décidèrent de se faire plus nombreux. Bientôt, il se retrouva face à un grand bâtiment illuminé. L’homme sera fort son fardeau entre ses bras et se pencha pour déposer un baiser sur le nez du bébé. La petite fille ouvra les yeux comme pour lancer un regard plein de détresse à son père. Une larme se forma au coin de l’œil de l’Auror puis il posa la couverture devant la porte de l’orphelinat. Sa fille ne le lâcha pas des yeux alors qu’il sortait sa baguette et la pointa sur elle. Dans un murmure, il lança ses sorts :

" Incarcera Mysta… Oubliettes… "

Grâce à ces deux sortilèges, personne ne pourrait découvrir l’identité de la petite et celle-ci ne pourrait ni parler de ce secret, ni s’en souvenir...
L’homme donna trois petits coups sur la porte et posa la chaîne qui entourait son cou sur le petit paquet. Ensuite, il fila en jetant un dernier regard empli de tristesse à son bébé. Quelques secondes après sa disparition dans le froid glacial, la porte s’ouvrit et une personne âgée s’avança sur le pas de la porte. Elle soupira. En effet, les orphelinats étaient habitués à ce genre d’abandon. La vieille femme prit le petit paquet dans ses bras et lui souffla des mots doux en rentrant dans l’enceinte du bâtiment…


→ Chapitre 2 : Quand son heure a sonné... ←

Les murs du couloir défilaient rapidement devant ses yeux. La petite fille esquivait les quelques adultes qui marchaient dans le grand manoir, alors que le bruit de ses petits pas résonnait entre les parois. Cela faisait maintenant quelques années que celle-ci avait été abandonné par ses parents. Elle se prénommait Elenna mais elle préférait qu’on l’appelle Elen. La fillette ne vivait plus dans le même orphelinat. A vrai dire, elle avait énormément changé d’établissement, environ une à deux fois par an. Le personnel de  ces fondations, chaque année, juraient avoir vu la petite faire des choses étonnantes. Le mystère enveloppait Elenna et des phénomènes étranges se produisaient toujours quand elle était dans les parages. Aussi, la fillette ne fut proposée à aucune famille d’adoption. Les orphelinats se contentaient de la transbahuter de bâtiment en bâtiment.
Malgré toutes ces complications, la poupée parvenait tant bien que mal à grandir et à poursuivre sa vie. Elle avait beaucoup de jugeote et était très intelligente pour son âge. Bien qu’elle mette cette qualité à disposition de ses études, elle l’utilisait aussi pour faire les quatre cent coups. Débordante d’énergie et de joie, elle courait, elle courait encore et encore à en perdre haleine. De petites égratignures recouvraient son corps dû à ses aventures périlleuses. Ces déménagements ne l’aidaient pas à se faire des amis ainsi que ses tenues excentriques. Petite, déjà elle s’amusait à se confectionner ses propres habits avec des plumes, des perles, de la fourrure et du tulle. Pourtant, son caractère joueur et amical lui permettait d’attirer l’attention des plus curieux. Elenna ne s’accrochait pas trop à ses nouveaux amis, car elle savait qu’un jour où l’autre, elle changerait encore de foyer.

Ce jour-là était un grand jour pour l’orpheline. C’était son anniversaire, mais elle ne se doutait en rien de ce qui allait se passer. Onze ans après son abandon, Elen n’avait plus aucun souvenir de cette nuit-là. Jamais personne n’avait pu lui dire qui étaient ses parents, d’où elle venait et pourquoi elle avait été abandonnée.
A présent, elle se trouvait en pleine course dans le dernier orphelinat où elle avait été placée. Le sourire jusqu’aux oreilles, la petite brune se précipitait dans sa chambre. Elle était une des seules à ne pas partager sa cellule. En effet, l’ambiance était tellement froide qu’on se saurait cru en prison. Chaque enfant, le jour de son anniversaire recevait un cadeau. La plupart du temps, il s’agissait d’une pomme ou d’un autre fruit quelconque. Lorsqu’Elenna déboula dans sa piaule, elle s’arrêta net. Un homme était assis sur son petit lit qui grinçait. Les yeux ronds, la petite fille remarqua l’orange qu’il tenait dans ses mains : c’était SON cadeau. Elle fronça ses sourcils et s’avança en tendant la main pour réclamer le fruit que l’inconnu allait lui piquer. Celui-ci fit un doux sourire et tendit l’agrume vers la paume ouverte pour l’y poser. La demoiselle se rua vers son cadeau et remercia l’homme d’un grand sourire, puis il prit la parole :

" Il est temps pour toi de partir d’ici… La fillette fit une grimace à l’idée de changer d’orphelinat encore une fois et l’inconnu sembla lire dans ses pensées. Oh non, tu ne changes pas de foyer. Je t’emmène ailleurs, dans une école spécialisé pour les enfants comme toi, pour les sorciers. "

Elen haussa un sourcil et dans sa tête, tous les instants bizarres qui l’avaient entouré s’éclaircirent : les objets qu’elle faisait voler dans son sommeil, le mal de tête qui se déclenchait chez ceux qui se moquaient d’elle et même par moment sa capacité à capter quelques pensées. Elle n’était tout simplement pas humaine. Son visage angélique se leva vers le sorcier et elle acquiesça :

" Bien. Je suis prête. "

Dans ses paroles qui prirent l’allure d’un discours solennel, une maturité impressionnante se fit ressentir. En quelques minutes, le peu d’affaires personnelles qu’elle avait, furent prêtes. Elenna accrocha autour de son cou le seul souvenir qu’elle avait de ses parents : une chaîne qui avait été retrouvé avec elle à son arrivée…


→ Chapitre 3 : Le travail, y’a que ça de vrai ! ←

Poudlard… C’est la plus grande école de sorcellerie du monde magique. Elle forme les jeunes sorciers et sorcières anglais à l’art et à la pratique de la magie. Inconnu des moldus, ce pensionnat est situé sur les collines écossaises. Il est invisible aux êtres non magiques grâce à divers sortilèges. Château extraordinaire, la plupart des jeunes qui y vont se retrouvent submergés par la beauté des lieux.  Il possède sept étages et plusieurs hautes tours, ainsi qu'un grand parc contenant un lac, une forêt et plusieurs serres à des fins botaniques. Sans compter les nombreuses salles cachées qui forment ce bâtiment.

La chose la plus étonnante que rencontra Elenna lors de son arrivée à Poudlard, ce fut ces grands escaliers mouvants, n’en faisant qu’à leur tête. Elle avait souri, les appréciant déjà à leurs justes valeurs. Entourée d’autres élèves de son âge, la petite fille emmagasinait les informations sur sa nouvelle vie. Elle était une sorcière, et comptait bien devenir la meilleure ! Pourtant, le soir de son départ pour l’école, elle avait découvert une chose qu’elle n’avait pas. L’amour parental qu’elle n’avait jamais reçu. En effet, beaucoup de parents sorciers avaient accompagnés leur enfant jusqu’au Poudlard express. Ils les serrèrent dans leurs bras et embrassèrent leur front. Personne ne fit ces attentions pour la brunette. Elle avait toujours été entourée d’orphelins, alors que ces enfants-là parlaient de leurs vacances ou  des repas en famille. Inconsciemment, Elen serra la chaîne de son père dans son poing. Cette nuit-là, elle remarqua le trou béant qu’elle avait dans la poitrine, sa plus grande faiblesse et aussi sa plus grande tristesse.
Bien vite, Elenna s’acclimata très vite à la vie à l’école des sorciers. Elle fut répartie dans la maison Poufsouffle avec une de ses nouvelles amies. Les cours commençant, la fillette se passionnait déjà pour l’ensemble de ceux-ci ainsi que pour le Quidditch. Voulant être la meilleure dans tous les domaines, elle se donnait à fond pour réussir. La bosseuse voulait prouver au monde entier qu’elle pouvait devenir quelqu’un. Peut-être voulait-elle le prouver à ceux qui l’avaient abandonnée aussi ?


→ Chapitre 4 : Quand tout a basculé ←

La nuit venait de tomber en à peine quelques minutes. Bien que le ciel soit d’un noir envoûtant, la pleine lune faisait son apparition, sortant de derrière un nuage. L’astre éclairait les environs de Poudlard dans une luminosité grandiose. Le paysage semblait recouvert d’une poudre blanche et chaque parcelle d’eau réfléchissait cette pâleur éblouissante. Il faisait lourd, comme lors de beaucoup de nuits d’été mais une légère brise permettait que la chaleur ne soit pas étouffante. Elenna était maintenant adolescente et âgée d’une quizaine d’années.

Après une journée de cours, la jeune femme se dirigeait vers la forêt interdite. Perdue dans ses pensées, elle ne s’était pas rendue compte de la direction qu’elle avait prise inconsciemment. Peu à peu, les arbres se firent plus nombreux autour d’elle et l’obscurité prit le dessus sur la lumière de la lune. Relevant les yeux du chemin qu’elle suivait, Elenna ouvrit de grands yeux en voyant le lieu où elle se trouvait. Instinctivement, elle plaqua sa main sur sa ceinture, là où sa baguette aurait dû se trouver. La rêveuse jura quand elle se rendit compte qu’elle avait oublié sa baguette. Quelle idée, jamais elle ne se déplaçait sans et pourtant, ce soir-là, ce fut le cas. Le regard vif, elle regarda autour d’elle, guettant le moindre signe suspect. Le vent se mit à siffler dans les branchages et quelques brindilles au sol craquèrent. Au loin, le hurlement d’un loup résonna dans la vallée. La jeune femme se crispa et se retourna vivement pour faire marche arrière. Ses pas se firent de plus en plus rapides, puis elle se mit à courir, mais bientôt derrière elle, un bruit de course se fit de plus en plus prononcé. Elen ne se retourna pas, continuant de mettre toute son énergie dans sa chevauchée. Un souffle chaud caressa sa nuque, suivi d’un claquement de dents. Aucun doute, la bête qui la pourchassait n’avait pas de bonnes intentions. Au moment où la fuyarde se décida à regarder qui était son adversaire, elle trébucha sur une racine, tombant la tête la première au sol. Les mains de chaque côté de son crâne à terre, elle poussa sur ses bras pour se relever, mais un poids pesa sur son dos alors qu’un craquement d’os retentit. Elenna poussa un cri qui reflétait à la fois sa rage et sa douleur. Du coin de l’œil, elle aperçut le monstre qui avait été à ses trousses avant de l’avoir dans ses griffes. Loup à l’aspect humain, elle savait à qui elle avait affaire : un loup-garou. Le regard de la bête sembla doux l’espace d’un instant mais elle montra ses crocs dans un grondement impressionnant et mordit à pleines dents le flanc gauche de la demoiselle, qui avait été découvert lors de sa chute. La Poufsouffle se cambra en criant de douleur, suppliant des entités inexistantes que la souffrance s’arrête. Peu à peu, elle sentit le sang chaud se glisser hors de son corps et la vie la quitter. Elle savait ce qui l’attendait : soit elle devenait un loup-garou, soit elle mourrait. La jeune femme serra les dents une dernière fois avant de sombrer dans l’inconscience.

Quelques jours plus tard, Elen se réveilla à l'infirmerie de Poudlard. Elle avait quelques courbatures mais n’avait plus vraiment mal. Tout cela n’avait pas dû se passer, c’était un cauchemar. Peu convaincue, elle remonta doucement son haut sur son ventre. Sur son flanc gauche, l’horrible morsure était bien là. La jeune femme se retint de hurler, pleurer ou autre réaction stupide… Elle devait comprendre ce qui lui était arrivé…

Au fur et à mesure des années, la Poufsouffle se fit sa place au sein de l’établissement. Elle eut des amis et des ennemis fidèles, grâce et à cause de son originalité vestimentaire et caractériel. C’est d’ailleurs à cette période-là que la jeune fille décida de se teindre les cheveux en blanc. Comme dans ses précédentes années, elle s’attirait quelques ennuis et en faisait les frais. Pourtant, brillante dans ses études, elle n’obtint ses ASPICS qu’avec une mention Efforts Exceptionnels, visant l'Optimal. A l’âge de la maturité, la jeune fille devenue adulte quitta Poudlard pour la vie active. Durant toutes ses années d'études, elle avait essayé de cacher au mieux sa différence, sa nature lupine.


→ Chapitre 5 : Titre ←

Après l'école de sorcellerie, elle avait travaillé dans plusieurs boutiques du Chemin de Traverse et avait même eu un poste de Concierge à l’école de sorciers en attendant l’arrivée d’une personne plus qualifiée. La demoiselle avait adoré ce travail. En effet, il lui avait permis de revoir le lieu qu’elle avait pris pour foyer ainsi que certaines personnes pour qui elle avait énormément d’affection, à commencer par ses professeurs.


 
Yeah Geek Power !!!

 
 Tu as quel âge ? 20 ans
 Tu nous a trouvés où ? DTC (celui d'Aaron oui oui ♥)
 Et t'en penses quoi ? Oh yeah.
 T'as un autre compte ? Lequel ? Padutout
 T'as pas un truc à nous dire hein ? Magicobus Albus et Robert
 Mais encore ? *o* Oktamer ♪


 © Never-Utopia par Koalz

 
avatar
Aaron LeandreFondateur || Avocat au Magenmagot || Auror
▌Avatar : Matt Lanter
▌Inscrit le : 07/01/2010
▌Age du perso : 27
▌My Messages : 1462

Who are you ?
Baguette: Aulne - 32 cm - Crin de Sombral
Patronus: Hibou
Situation amoureuse: En deuil
Voir le profil de l'utilisateur http://ministryofmagic.forumactif.com
MessageSujet: Re: Elenna Keegan ♪♫ Lun 20 Juil - 23:50

Bienvenue à toi arc

Si tu as besoin d'aide n'hésite pas (ce que je pense ne sera pas utile te connaissant ahah)
Love et keur sur toi nyan cat

Elenna Keegan ♪♫

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» SACHA N. S-KOVALEVSKI ► Keegan Allen
» ROXANE-LUZ EVANESKOV ❥ cora keegan
» EACHANN J. SWENSON ► Keegan Allen
» (m) - KEEGAN ALLEN - Take me to your best friend's house
» Ted M. Brandford + Une blague qui a mal tournée+ Ft. Keegan Allen

Ministry Of Magic  :: Préface & Flood :: La Porte d'entrée du Ministère :: Les Présentations-